Antoine Bavier, un Grison à Bourbon, 1ere partie

Dans les prochains billets, je vous propose de partir sur les traces de cet Antoine de Bavière que j’évoquais en introduction de ce blog. Chacun a dans sa généalogie des personnes qui attirent un peu plus l’attention, qu’on trouve « spéciales » et pour lesquelles on veut pousser plus loin les recherches. Antoine BAVIER n’est pas mon ancêtre, il a été marié à mon aïeule Geneviève CADET (1713-1770). Mais il est l’une de ces personnes spéciales, à cause de son parcours peu commun mais surtout parce qu’il a réapparu par le plus grand des hasards dans mes recherches sur les ancêtres de mon épouse.

De BAVIERE ou BAVIER

Camille Ricquebourg (1) dans son Dictionnaire Généalogique des Familles de l’Île Bourbon (La Réunion) 1665-1810 le référence sous le nom « De Bavière » et c’est ce nom qui a été utilisé par sa descendance et qu’on retrouve aujourd’hui dans les généalogies documentées sur les divers sites de généalogie. Pourtant dans les actes qu’il a signés, Antoine s’est toujours appelé BAVIER. C’est donc ce nom que je retiens pour parler de lui. A noter qu’en Suisse alémanique la prononciation du nom BAVIER est très proche de celle du mot « BAVIERE » en français.

Informations déjà connues

J’ai commencé ma recherche par la relecture des notes de mon père. J’y ai retrouvé entre autres les informations données par Camille Ricquebourg (1) dans son Dictionnaire Généalogique des Familles de l’Île Bourbon (La Réunion) 1665-1810. Antoine de Bavière (sic): né vers 1704 à Coire (Suisse) (31 ans au recensement de 1735), fils de Antoine de Bavière capitaine d’Infanterie et de Marie Salomé Rietman, arrivé à Bourbon vers 1730, ancien officier d’Infanterie (1739), a abjuré le 6 Juillet 1738 à St-Pierre,  marié à Geneviève Cadet (mon 7 x arrière-grand-mère) le 5 Février 1739 à St-Pierre, contrat de mariage 4 Février 1739 par Lesport, décédé le 1er Mai 1742 à St-Pierre. Abjuration, mariage, contrat de mariage, décès, recensement …. notre ami a donc laissé des traces à la Réunion, ce qui ouvrait de belles perspectives. 😉

Signature d'Antoine BAVIER extraite ducontrat de mariage du 4 Février 1739 chez M. Lesport à St-Pierre.
Signature d’Antoine BAVIER extraite du contrat de mariage Baviere-Cadet du 4 Février 1739 chez Maître Lesport à St-Pierre.

Et c’est un phénomène bien connu des généalogistes, une information trouvée et voilà de nouvelles interrogations soulevées. 😉 Dans quelle armée était-il officier ? Pourquoi s’est-il retrouvé à Bourbon en 1730 ? Quelle fut sa vie entre 1730 et 1738, date où il apparaît dans les registres de baptême (pour son abjuration), mariage et sépulture ?  De quelle religion était-il s’il a abjuré ?   Comment a-t-il connu mon aïeule Geneviève Cadet ? Pourquoi est-il mort si jeune ?

Arrivée à Bourbon

Selon C. Ricquebourg, c’est sur le recensement de 1735 que figure l’année de l’arrivée d’Antoine BAVIER. Les feuilles de recensements ne sont consultables qu’aux Archives Départementales de la Réunion (ADR), soit à 9000 kms de chez moi. Et bien évidemment, je n’ai même pas pensé à les consulter lors de mon dernier passage aux ADR. :/

J’ai ensuite cherché à savoir sur quel navire il était arrivé à Bourbon. En 1730, l’île Bourbon est sous la régie de la Compagnie des Indes. Le site Mémoire des Hommes propose une base des marins et passagers ayant embarqué au XVIIIe siècle à Lorient et sur les navires de la Compagnie des Indes.  La recherche du nom « Bavier » donnait un résultat intéressant proche des dates recherchées. Deux Sieurs Baviere, l’un capitaine l’autre enseigne, embarquent à Lorient sur le Bourbon le 10 Février 1728 direction Cadix, puis les Indes et les Mascareignes (2). Ils sont frères. Le premier est déclaré « déserté » le 30 Mars quand le navire quitte Cadix. Le deuxième débarque à l’Île de France (Ile Maurice) 4 mois plus tard. Est-ce Antoine ?

C’est bien possible, mais malheureusement les prénoms ne sont pas notés. Sur la liste de passagers, il est précisé qu’il « enseigne réformé passager« . Sa charge d’enseigne a donc été réduite mais le titre lui est resté. L’enseigne Baviere ne débarque pas seul  à l’île de France puisqu’une quarantaine de soldats y pose aussi pied à terre. Faisait-il partie de la force armée que le gouverneur Pierre Benoît DUMAS réclamait pour assurer l’autorité de ses décisions et protéger l’île de France et l’île Bourbon ? (3). Les navires voyageant pour le compte de la Compagnie repassaient par l’ile de France et Bourbon au retour. Il est possible qu’il ait ensuite pris un bateau pour Bourbon. Par contre le titre d’enseigne me semble plutôt lié à la Marine alors qu’il est dit officier d’Infanterie au recensement de 1735 à Bourbon.

isle-bourbon-neptune-oriental
Ile Bourbon et Ile de France sur une carte réduite de l’Ocean Oriental, 1775, par D’Après de Mannevillette (4). (Site Mémoire des Hommes)

En conclusion, il ne sera probablement pas possible de connaître le nom du navire sur lequel il est arrivé sans se déplacer à Lorient pour consulter les Archives de la Compagnie des Indes. Voilà une bonne raison d’aller découvrir le Morbihan d’où sont originaires quelques uns de mes ancêtres. 😉   Pour trouver les raisons qui l’ont amené à Bourbon, il faudra probablement chercher du côté des sources militaires.

Mais ces premières années à Bourbon n’auront pas été un long fleuve tranquille. Comme je le découvrirais via d’autres sources, Antoine de Bavière sera accusé d’un crime en 1734.  A suivre …   😉

Sources

(1) L.J. Camille Ricquebourg,  Dictionnaire Généalogique des Familles de l’île Bourbon (La Réunion): 1665-1810, 1983, collection personnelle. Tome I, page 98, Antoine de Baviere.

(2) Rôle du Bourbon (1728-1729) sur le site Mémoire des Hommes (Fonds d’archives du Ministère de la Défense). Baviere, passagers n.182 et 183.

(3) Dureau Reydellet, Bourbon et ses Gouverneurs ; suivi d’une Histoire de la commune de Sainte-Marie, St-Denis, 1978, collection personnelle. Page 18, paragraphe sur Pierre Benoît Dumas, gouverneur des îles de France et de Bourbon de 1726 à 1735.

(4) Jean-Baptiste Nicolas Denis D’Après de MannevilletteNeptune Oriental, Atlas de  cartes disponible sur le site Mémoire des Hommes (Fonds d’archives du Ministère de la Défense). Vue n.18/93. Carte réduite de l’Ocean Oriental depuis le Cap de Bonne Espérance jusqu’à l’Isle Formose.

4 comments

  1. Un crime ? Je l’ignorais ! J’ai hâte de lire la suite 🙂
    Au fait, tu l’auras vu toi aussi je pense : Geneviève Cadet est la tante de Mathieu Cadet #RDVancestral
    Bim bam boom 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s